mardi 3 mai 2016

"Celle que vous croyez" m'a bien embrouillée...


... Mais ce n'est pas un compliment.
J'ai été énormément déçue par ce roman.
Pourtant j'y croyais...
En vertu des critiques quasiment toutes élogieuses à son sujet, notamment sur la page "Lire" de mon Femme actuelle.
Je m'attendais donc à être épatée, scotchée.
Camille Laurens m'a noyée avec ses histoires dans l'histoire et ses personnages qui finalement ne sont peut-être pas ceux que l'on croit. Je l'ai lu jusqu'à la fin, guettant la révélation qui ferait que les pistes se débrouillent mais ça n'est pas venu. Ou alors, je n'ai pas compris toute la subtilité, ce qui est possible aussi.

Rendez-vous sur Hellocoton !

mardi 26 avril 2016

Laissez-vous surprendre par "Nos années sauvages"...

Et appréciez, ou pas...


Comment vous parler de ce roman sans évoquer le sujet principal ?
Pas évident à première vue mais je vais le faire.
Et s'il-vous-plaît, n'allez pas lire les résumés le concernant si vous voulez être surpris tout comme je l'ai été.
Croyez-moi, évitez les résumés.

À ce titre, la quatrième de couverture est très bien faite. Elle plante le décor périphérique, s'en contente, et c'est parfait.

Rendez-vous sur Hellocoton !

vendredi 22 avril 2016

"Vends maison de famille", de François-Guillaume Lorrain


Ce roman est une belle surprise.
Ce livre m'a été proposé par Babelio et je reconnais que j'avais des doutes quant à l'intérêt que j'allais bien pouvoir trouver dans cette lecture... Une histoire de maison de famille... Un homme tiraillé par ses souvenirs d'enfance...

J'ai été d'emblée séduite par l'écriture de François-Guillaume Lorrain.
Beaucoup de douceur s'en dégage.
Je ne suis pas douée pour disséquer le style des écrivains, ce n'est pas mon fort du tout, mais celui-ci en a, du style.
Et ici, c'est ce qui m'a séduite, plus que l'histoire en elle-même.

Rendez-vous sur Hellocoton !

mardi 19 avril 2016

"Le Bonheur National Brut", fresque générationnelle des années 80 à nos jours


Ce gros roman nous promène durant une trentaine d'années dans les vies de quatre amis d'enfance. De l'élection de Mitterrand à celle de Hollande.

On découvre Rodolphe, Benoît, Tanguy et Paul, le narrateur, en 1981, tandis qu'ils s'apprêtent à passer le bac dans quelques mois et que l'élection présidentielle se profile.
Rodolphe, issu d'un milieu ouvrier et communiste, a honte de ses origines. Il rêve de s'élever socialement et épouse les idéaux socialistes. Il veut faire de la politique.
Tanguy, qui a perdu son père il y a plusieurs années, aide sa mère à faire tourner l'entreprise familiale. Pour lui, ce sera des études de commerce.
Benoît, lui aussi orphelin de père, et de mère, a été élevé par ses grands-parents "à la ferme". Les études ne l'intéressent pas. Son truc, c'est la photo.
Quant à Paul, le narrateur de cette fresque générationnelle, il se cherche. Il est homosexuel mais ne sait pas encore comment "composer" avec cet état de fait qu'il n'ose pas encore afficher. Son père, un médecin gynécologue très strict le rabaisse en permanence. Il lui impose l'inscription dans une prépa médecine parisienne. Paul accueille cette nouvelle comme une libération. L'ouverture des possibles...


Rendez-vous sur Hellocoton !

mardi 12 avril 2016

Kit tricot de La droguerie : j'ai testé le doudou lapin !


J'ai craqué sur le joli minois de ce petit lapin en feuilletant le livre La droguerie's babies de La droguerie.
J'ai immédiatement photocopié les explications, en prévision d'un futur tricot et puis, en allant sur le site internet de La droguerie, j'ai vu qu'on pouvait acheter en ligne un kit pour réaliser ce "doudou lapin".
Au prix de 17 € (frais de port à rajouter), cela ne m'a pas semblé exorbitant.

3 semaines après, admirez le résultat... :-)

Rendez-vous sur Hellocoton !

mardi 5 avril 2016

"Les derniers jours de Rabbit Hayes", un roman aussi beau à l'intérieur qu'à l'extérieur !


Rabbit, 40 ans, n'a plus que quelques jours à vivre. Neuf exactement. En phase terminale d'un cancer du sein, elle vient d'entrer dans une maison de soins palliatifs.
Sa famille, ainsi que sa meilleure amie, l'entourent mais n'arrivent pas encore à accepter le fait.
L'auteure nous fait partager tour à tour le point de vue de chacun des personnages, leurs espoirs ultimes, leur tristesse, les beaux souvenirs, les interrogations face à l'avenir et à la façon dont ils vont pouvoir vivre sans elle.
La question principale étant de savoir ce que va devenir Juliet, 12 ans, la fille de Rabbit, qu'elle élève seule. Tous sont évidemment prêts à l'accueillir. 
Ses grands-parents, Molly et Jack, mais est-ce la plus judicieuse solution sachant qu'ils ont tous les deux passés les 70 ans ? 
Sa tante, Grace ? Mais celle-ci a déjà 4 fils et sa maison n'est pas dotée d'une surface extensible...
Son oncle, Davey ? Oui, il a très envie de s'occuper de Juliet également, avec qui la complicité a toujours été évidente et ce, même s'ils ne se voyaient pas souvent. Et pour cause. Davey est musicien, en tournée la moitié de l'année, et vit au États-Unis.

Malgré un sujet lourd, ce roman est une petite merveille de vie. Tout est très juste. Rien n'est plombant, même si je n'ai pu retenir quelques petites larmes d'émotion sur la fin.
La légèreté et l'humour sont même au rendez-vous car les membres de cette famille très unie sont de sacrés numéros tous très attachants et touchants. Avec leurs qualités de cœur, leurs défauts et  leurs faiblesses, qui les font passer des éclats de rire et d'amour aux engueulades en moins de deux. Les personnages d'Anna McPartlin qui habitent cette fiction sont étonnants de crédibilité et nous offrent une leçon de vie intense qui fait du bien.

Que dire de plus ?
Absolument rien. J'ai adoré ce livre dont le contenu est aussi foisonnant que la couverture !

Rendez-vous sur Hellocoton !

mardi 29 mars 2016

"Le préféré", de Valérie Nivet-Doumer, un roman psychologique ? Qu'on m'explique...

Autant vous le dire tout de suite, ce premier roman de Valérie Nivet-Doumer est une grosse déception.
Je l'ai acheté en même temps qu"Envoyée spéciale de Jean Echenoz et je pensais bien avoir eu le nez fin sur ce coup-là.
Loupé.


Tout n'est qu'accumulation de clichés et incrédibilités à gogo. Plus on avance dans la lecture, moins ça s'arrange.
Conte de fées, roman à l'eau de rose, par bien des points mais roman psychologique, non.
Ce livre était à deux doigts de m'énerver mais je n'ai pas pu m'empêcher de le terminer pour connaître le fin mot de l'histoire (qui est totalement sans surprise). Je ne peux donc pas dire que je me suis ennuyée. Rendons cette justice à l'auteure. Un bon point, en plus de celui que j'évoque à la toute fin de cet article, mais ce sont les deux seuls.

C'est tellement dommage... Le sujet était pourtant très prometteur : le mal être d'un fils face à la préférence flagrante de sa mère pour son jeune frère, un enfant adopté.



Rendez-vous sur Hellocoton !

mardi 22 mars 2016

Quand un roman me donne envie de googler, c'est gagné !


Un roman réjouissant qui fait voyager, un style bien particulier, la découverte d'un auteur déjà confirmé... Que demander de plus ???

Jean Echenoz n'en est pas à son premier roman mais je n'avais jamais entendu parler de ce monsieur, qui compte pourtant un prix Goncourt à son actif (M'enfin, si on devait connaître tous les primés littéraires...)

Son nouveau roman nous fait voyager de Paris au fin fond de la Creuse, pour atterrir en Corée du Nord par le biais d'une jeune femme embarquée, à l'insu de son plein gré mais sans qu'elle oppose une grande résistance, dans une mission secrète.
Un général vieillissant, ancien membre d'un service spécialisé en opérations clandestines, a du mal à raccrocher et ne peut s'empêcher de continuer à monter en douce quelques opérations. Il charge son gradé de recruter une personne lambda, complètement extérieure à leurs services, et de lui faire "subir" une petite purge afin de pouvoir la formater comme bon leur semble.
Ça tombe sur Constance, femme plutôt oisive de Lou Tausk, compositeur musical has been, qui vit sur les rentes du tube interplanétaire qu'il a composé jadis (à l'instar de Patrick Hernandez...).
J'arrête là mon résumé, inutile d'en dire plus, ce serait dévoiler tout le scénario et ce serait bien dommage puisque ce faux roman d'aventure/espionnage trouve sa force dans les multiples actions rebondissantes qui le rythment.

Rendez-vous sur Hellocoton !

mardi 15 mars 2016

On n'est pas obligé d'écouter la version de Patriiiiiiick... Non, vraiment pas.


Je ne suis pas une incollable du répertoire de Barbara. Loin, très loin de là.
À part l'Aigle noir, je ne connaissais pas grand chose... Jusqu'à ce que j'entende, il y a de cela une bonne dizaine d'années maintenant, Dis quand reviendras-tu, interprété en live par Jean-Louis Aubert...


Rendez-vous sur Hellocoton !