mercredi 21 novembre 2012

Piégée par "Une si jolie poupée"

Au rayon "albums atypiques" de ma médiathèque, j'ai trouvé une étrange poupée.
Comment ne pas être attirée par cette couverture ?


Très intriguée par le mot "GUERRE", j'ai feuilleté l'album rapidement, le temps de voir qu'il était question d'une poupée qui raconte sa fabrication. Le rapport avec la guerre, je ne l'ai pas vu à cet instant et je n'ai pas cherché à le découvrir.
J'ai préféré m'en réserver la surprise pour le temps de la lecture, chez moi.

Et la surprise, je l'ai eue, car je m'attendais pas du tout à ce que j'ai découvert !
Un peu comme les élèves de 6ème de cet enseignant qui a donné d'abord le texte du livre à étudier en classe (uniquement le texte, pas les images), je me suis laissée piéger par le récit de cette jolie poupée et tromper par l'auteur.
Elle raconte comment elle a eu plusieurs papas, qui l'ont tout d'abord conçue sur ordinateur, comment elle a ensuite été fabriquée en plusieurs exemplaires, puis comment elle était impatiente de rencontrer l'enfant qui l'adopterait.


Là où j'ai tilté, c'est quand j'ai réalisé que la poupée était une boîte creuse, avec un trou étrange dans le dos.
Là où j'ai vraiment compris, c'est quand elle arrivée dans un endroit où un autre papa lui a placé comme "une espèce de gros cœur froid" dans le ventre.


Les dessins sur les pages suivantes ne laissaient plus place au doute...
Bien que cette si jolie poupée, de son point de vue de jouet, ne se savait pas encore qu'elle avait été fabriquée à des fins militaires, pour abriter une mine anti-personnel.

Cette histoire est hélas le reflet d'une réalité, qui a choqué Pef, l'auteur et illustrateur de cet ouvrage, un jour de novembre 2000 où il a "saisi au vol quelques phrases d'un reportage radiophonique sur un pays en guerre. Là-bas, des jouets, dont certains étaient des poupées, étaient disposés à portée de main des jeunes enfants. En explosant, ils mutilaient ou tuaient ces enfants." (cf postface)
Voir ici par exemple 

Un album destiné à la jeunesse, mais à un public un peu plus âgé que celui que l'on pourrait supposer visé par la forme. Ma fille de 7 ans se l'est bien évidemment accaparé quand elle l'a vu. Elle l'a lu en entier mais j'ai dû tout lui réexpliquer avec mes mots, même si la dernière page est sans ambiguïté : " ... c'était une arme, une mine, pour faire la guerre, pour faire du mal aux enfants d'un pays en guerre".



Son petit frère de 6 ans, qui a lu le livre hier soir, m'a paru un peu plus perturbé et interrogatif par rapport à cette histoire. Il m'a demandé si ça existait pour de vrai des jouets qui explosent et qui font mal aux enfants. Explications de ma part pour lui dire que oui, c'est une histoire vraie et re-demande de sa part, insistante, pour savoir si ça pouvait arriver en France. Re-explications pour le rassurer et lui dire que non, c'est dans les pays où il y a la guerre et que nous, nous avons bien de la chance d'être du bon côté de la planète.
Les enfants un peu plus âgés auront une conscience plus aiguisée pour réfléchir, lors d'un travail en classe, oui pourquoi pas, au fond et à la forme, à l'instar de l'expérience littéraire menée par le professeur cité ci-dessus.


Je vous avoue que je suis tombée des nues quand j'ai découvert la véritable identité de cette poupée.
Que l'on puisse avoir l'idée de cacher sciemment des armes mortelles dans des emballages attirants pour les enfants, donc dans le but avéré de faire intentionnellement du mal à des enfants, et de façon "organisée" ça me dépasse. Je dois être bien naïve... bienvenue sur Terre Céline...


Le nom Pef est lié d'abord aux dessins de presse, puis aux disques pour enfants d'Anne Sylvestre qu'il a illustrés et qui lui ont valu d'être remarqué par les éditeurs de livres pour enfants. 
C'est un auteur et illustrateur à succès, militant pour les droits de l'enfant.

Rendez-vous sur Hellocoton !